NOS SERVICES

EN SAVOIR PLUS SUR...

Un regard sur la guerre d'Algérie Agrandir l'image

Un regard sur la guerre d'Algérie

RV02

Cette guerre s’est déroulée sur le territoire algérien, mais aussi en France métropolitaine. Ce fut d’abord une guérilla  mais ce fut aussi un terrorisme urbain, une guerre civile et une guerre de religion. À partir d’une vingtaine de moments clés et d’éléments inédits, Roger Vétillard souligne la complexité de ce conflit...

Plus de détails

2 Produits

Attention : dernières pièces disponibles !

22,00 € TTC

En savoir plus

La guerre d’Algérie n’est pas seulement l’affrontement de deux projets pour le devenir de l’Algérie, d’un côté le peuple algérien uni derrière le FLN et de l’autre des colons accrochés à leurs privilèges.
Les partisans de Messali (MNA)  – qui furent les premiers indépendantistes – ont tenté de tisser des liens avec la puissance coloniale pour une autre idée de la nation algérienne que celle du FLN. Celui-ci les a durement affrontés en Algérie et en France, orchestrant une guerre civile meurtrière entre Algériens.

Certains Algériens étaient favorables au maintien de la présence française dans le pays – 300 000 combattirent dans l’armée française, plus que dans l’ALN – et des dizaines de milliers de fonctionnaires, enseignants ou intellectuels affichaient des sentiments anti-indépendantistes. Certains le payèrent de leur vie.

Plus d’un million d’Européens issus de générations nées en Algérie souhaitaient par ailleurs rester vivre au pays. Nombreux, se sentant trahis par les dirigeants politiques, se sont soulevés contre un abandon plus ou moins programmé et sont entrés ainsi dans un conflit franco-français. Même des pieds-noirs – très minoritaires il est vrai – se sont rangés du côté du FLN.

Cette guerre s’est déroulée sur le territoire algérien, mais aussi en France métropolitaine. Ce fut d’abord une guérilla, rarement une guerre de position, mais ce fut aussi un terrorisme urbain, une guerre civile et une guerre de religion.

À partir d’une vingtaine de moments clés, avec la révélation d’éléments inédits, Roger Vétillard souligne la complexité souvent méconnue de ce conflit. Voilà qui explique que, plus d’un demi-siècle après son terme, beaucoup ne considérant qu’un angle, ne se reconnaissent pas dans les autres présentations. Il faut souhaiter qu’un jour une étude contradictoire et sereine puisse être menée pour que les oppositions prennent fin.

Riveneuve Editions, 2016. 338 pages.