NOS SERVICES

EN SAVOIR PLUS SUR...

Nouveau Le Major Victor Perez Agrandir l'image

Le Major Victor Perez

MPP01

Martine Perez Platarets

Né le 16 juillet 1927 à Uzès-le-Duc, Le Major Victor Perez était mon père, un père très souvent absent car beaucoup de travail... Toute sa carrière a tourné autour d’Oran, Arzew, Sainte-barbe-du-Tlélat, Ouargla où il a terminé son engagement pour l’Algérie et est rentré en France métropolitaine en 1961, direction la Corrèze...

Plus de détails

10 Produits

Expédition sous 24h

16,30 €

En savoir plus

Né le 16 juillet 1927 à Uzès-le-Duc, Le Major Victor Perez était mon père, un père très souvent absent car beaucoup de travail.

Fils de cheminot, Il a commencé à travaillé après son certificat d’études.
Mes grands parents n’avaient pas les moyens que lui offrir une école où il fallait être demi-
pensionnaire. Il a donc commencé sa vie professionnelle en tant que forgeron (quelques jours), puis coiffeur et enfin dans les P.T.T comme comptable.

Après avoir fait signer son engagement pour la fin de la seconde guerre mondiale, par son père, il
pensait rejoindre le débarquement de Provence ainsi que son frère aîné, mais il a atterrit à Naples
dans les transmissions.

Après la guerre, il a passé son concours pour rentrer dans la police et la gendarmerie et a réussi les deux. Il a choisi la première mutation en gendarmerie. Il s’est marié en 1950 avec ma mère Isabelle Pascual, avec qui il a eu trois enfants, puis a été envoyé en Indochine pour trois longues années. Ce sera lui et son équipage (il était en fluviale) qui ont rapatrié le corps du fils du général De Lattre de Tassigny.

Après l’Indochine, il est rentré dans la motorisée, il n’y avait pas de place ailleurs.
Il a changé de poste entre la motorisée, la mobile et la gendarmerie territoriale, il a même été
envoyé à Alger pour six mois dans le cadre d’enquêtes.

Toute sa carrière a tourné autour d’Oran, Arzew, Sainte-barbe-du-Tlélat, Ouargla où il a terminé son engagement pour l’Algérie et est rentré en France métropolitaine en 1961, direction la Corrèze.
Sa carrière ne s’est pas arrêtée là, puisqu’il a pris sa retraite en 1982 à Maisons-Alfort, après de
nombreuses mutations en France....